DG

 

     

L'Invention d'un Art

Exposition du Centre Georges Pompidou

du 12 octobre 1989 au 1er janvier 1990

Commissaires Alain Sayag et Jean Claude Lemagny avec le concours de Annick lLonel-Marie

 

Photographie page 269

Texte page 268

 

François Despatin et Christian Gobeli
Dijon, 1949 et Strasbourg, 1949.


Despatin et Gobeli, dans leurs portraits, acceptent totalement le poids des présences. Leur simplicité d'approche est le meilleur moyen de respecter la richesse des humbles.
Seuls ils réalisent, par la photographie, ce pour quoi, en somme, elle est faite: ne rien sacrifier et prendre les gens pour ce qu'ils ont l'air d'être, et qui est souvent, somme toute, ce qu' ils sont .
August Sander avait eu une semblable démarche, mais en voulant illustrer les contradictions d'un peuple.

Aujourd'hui, il n'y a plus de peuple, mais Despatin et Gobeli nous prouvent qu'il y a encore des gens du peuple.
Aux deux pôles de la photographie esthétique: celui de l'intériorité mystérieuse de Shiraoka, celui-de l'ostension rayonnante de Tosani, il faut ajouter un troisième point pour former le triangle extrême de la photographie d'aujourd'hui: celui du témoignage clair et serein de Despatin et Gobeli.

"L'Invention d'un Art" livre catalogue de l'exposition pour le cent cinquantième anniversaire de la photographie. Edition ADAM BIRO et Centre Georges Pompidou.

 

Autres textes de Jean Claude Lemagny

 
Bienvenue Expositions invention d'un art